Téléchargez le dossier de presse « La Fédération des Centres de Planning familial des FPS devient… Sofélia » en format pdf.

La Fédération des Centres de Planning familial des Femmes Prévoyantes Socialistes (Sofélia-Soralia) change de nom. Elle devient SOFÉLIA – La Fédé militante des Centres de Planning familial solidaires.

Notre nouveau nom, SOFÉLIA, est empreint de créativité et fait le lien avec le nouveau nom des Femmes Prévoyantes Socialistes : SORALIA. Ce mouvement a créé notre Fédération en 1984 afin d’assurer la représentation spécifique de ses Centres de Planning familial et de permettre au plus grand nombre de femmes d’avorter dans de bonnes conditions. Nos ASBL se réclament donc du même « sang » et défendent les mêmes valeurs. SOFÉLIA continuera donc de se mobiliser aux côtés de SORALIA pour atteindre son idéal de société où chacun·e dispose d’un accès égal à l’information et aux services disponibles en matière de contraception, d’interruption volontaire de grossesse, et plus globalement, en matière de vie relationnelle, affective et sexuelle.

Pourquoi changer de nom ?

D’une part, notre association change de nom par enjeu de modernité. En effet, la société évolue, il en va de même pour les luttes que nous portons et les attentes de nos publics. Nous changeons aussi d’identité visuelle afin de se renouveler tout en s’inscrivant dans la continuité de nos combats passés : cette étape est une partie intégrante du cycle de vie de toute association.

De FCPF-FPS à… SOFÉLIA !

Avant qu’il y ait une Fédération, il y avait des Centres de Planning familial des Soralia : un, pour être précis, qui voit le jour à Bruxelles en 1965.

Aujourd’hui, la Fédération compte 17 Centres, dont 9 pratiquent l’avortement, et 3 sièges secondaires. Il s’agit des Centres de Planning familial Soralia.

En 1990, l’avortement est partiellement dépénalisé en Belgique. La Fédération, accompagnée des Soralia et d’autres acteurs sociaux, remporte son premier combat. Depuis lors, l’engagement et les luttes de la Fédération n’ont jamais cessé en vue de rendre effectif le droit des femmes à disposer de leur corps.

La défense des services de soins de santé sexuelle et reproductive abordables et de qualité, l’amélioration de l’accès à l’IVG, la généralisation de l’Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle (EVRAS), la gratuité des moyens de contraception pour tou·te·s, l’accessibilité de la contraception d’urgence, le développement des moyens de contraception pour les hommes, la lutte contre les violences faites aux femmes, la lutte contre le harcèlement sexiste en ligne, la reconnaissance du plaisir féminin… La Fédération a, en collaboration avec ses Centres de Planning familial, développé de nombreux projets touchant ces deux thématiques d’expertise : l’EVRAS et toutes les formes de violences.

Reconnue depuis 2009 en Education permanente, la Fédération a étendu son champ d’action, en se développant autour de l’information, de la communication et de la sensibilisation vers le grand public, tout en préservant un lien puissant avec le mouvement qui lui a donné naissance.

Ce lien, nous le retrouvons marqué dans les valeurs progressistes que nous défendons :

  • L’égalité, entre les femmes et les hommes, l’égalité d’accès aux services de santé, et l’égalité d’accès à l’information en matière d’EVRAS.
  • La solidarité, envisagée comme le fondement d’une société plus juste, dans laquelle l’entraide, l’ouverture et la collaboration fonctionnent de concert.
  • La proximité, point fondamental du développement de la Fédération, qui défend des structures de soins de première ligne et qui cherchera toujours à se montrer à l’écoute des enjeux propres à son époque, et à favoriser l’accessibilité sous toutes ses formes.

C’est l’histoire que nous continuons de construire avec SOFÉLIA :

  • SO pour Solidarité : à la base de notre travail et de nos préoccupations.
  • FÉ pour Fédération et Féminisme : au coeur de nos motivations, pour coordonner et promouvoir les actions de 20 structures actives en Région
    wallonne et à Bruxelles. Notons aussi que nous retrouvons le É dans le « FÉ » pour Égalité : maillon essentiel de notre ADN.
  • LIA pour la Proximité : comme le lien qui nous unit à Soralia, et comme le lien que nous continuons de construire avec nos publics.

Ces convictions, nous les partageons et les défendons avec Soralia (anciennement Soralia), et l’ensemble des acteurs et actrices de Solidaris. Parce que nous souhaitons avant tout contribuer à l’essor d’une société inclusive, ouverte à tou·te·s, peu importe le sexe, le genre, l’orientation sexuelle, l’appartenance communautaire, l’âge, le handicap ou la couleur de peau.

Pour cela, nous nous engageons à garantir à chacun·e un accès égal à l’information et aux services disponibles en matière de contraception, d’interruption volontaire de grossesse, et plus globalement, en matière de vie relationnelle, affective et sexuelle. Tout en offrant les moyens à chacun·e de tendre vers un épanouissement personnel, dans le respect de soi, de l’autre, et de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Les missions de SOFÉLIA, toujours les mêmes

Sofélia a deux missions principales : d’une part, assurer la coordination de 17 Centres de Planning familial et autres points de contact en Wallonie et à Bruxelles, et d’autre part, mettre en place des campagnes d’information, de communication et de sensibilisation envers le grand public dans le cadre de sa reconnaissance en éducation permanente.

Plus précisément, SOFÉLIA :

  • Assure un rôle de représentation et de défense du secteur des Centres de Planning familial (CPF) (auprès des administrations, du monde politique, des mutuelles, etc.).
  • Facilite les rencontres, les échanges et la circulation de l’information entre ses CPF affiliés.
  • Assure la visibilité des Centres de Planning familial Soralia, de leurs missions, de leurs activités et de leurs événements.
  • Porte les revendications du terrain auprès de différentes instances, notamment auprès du monde politique (accès à l’avortement, à la contraception et la vie relationnelle, affective et sexuelle de manière générale), visibilise les pratiques des CPF et s’attache à les faire reconnaitre.
  • Permet aux CPF de se retrouver autour de pratiques et de valeurs communes.
  • Réalise des campagnes, des brochures, des documents et des communications diverses (rôle d’éducation permanente) permettant de représenter le secteur auprès de différentes instances.

Les principes fondamentaux de SOFÉLIA

SOFÉLIA et les Centres de Planning familial SORALIA se retrouvent derrière des valeurs communes. Ci-dessous est repris un bref aperçu des valeurs chères à nos structures.

La solidarité

La solidarité est l’expression d’un engagement mutuel, d’un lien d’appartenance, qui s’établit entre deux ou plusieurs personnes. Être solidaire implique de ne laisser personne pour compte : chaque personne a le droit à une place égale dans la société.

Nous essayons de traduire cela notamment en :

  • Inscrivant cette valeur dans un contexte mutualiste (en effet, l’ensemble de nos revendications s’accompagnent de l’importance d’une sécurité sociale forte pour plus de solidarité au sein de notre société) ;
  • Participant aux marches et aux mobilisations de la société civile, telle que la marche mondiale des femmes (8 mars), signer des pétitions, travailler en plateformes afin de lutter ensemble, par exemple, pour le droit à l’avortement dans une optique d’action commune ;
  • Portant des mandats au sein d’organisations, plateformes associatives et institutions (AVIQ, plateforme Abortion Right, plateforme moncontraceptif.be, plateforme EVRAS, etc.).

L’égalité

Notre association vise l’égalité entre toutes les personnes, quelles que soient leurs différences, en garantissant à tou·te·s des droits identiques et en établissant équitablement pour tou·te·s les moyens et les conditions d’existence. Par exemple, Sofélia s’inscrit dans la lutte contre les violences qui peuvent, par exemple, contribuer au renoncement aux soins de santé par des femmes, par des femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes, par des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, par des personnes intersexes, par des personnes transgenres, etc.

Cette valeur d’égalité se reflète notamment via le fait de :

  • S’informer, réfléchir et défendre les droits des femmes et des minorités afin de privilégier une convergence des luttes ;
  • Lutter contre les violences perpétuées à l’égard des femmes et des minorités, en ce compris à l’égard des personnes intersexes, des personnes transgenres, des personnes migrantes, des personnes précaires, etc.

Le féminisme

Pour Sofélia, les inégalités de genre sont le résultat d’un système de domination, le patriarcat, qui maintient et reproduit l’oppression des femmes par les hommes dans toutes les sphères de la vie. Il s’agit de modifier la société en profondeur et de mettre fin à ce système, ce qui est le fer de lance du féminisme dont nous nous revendiquons.

Par ailleurs, nous adhérons pleinement au féminisme constructiviste (ou matérialiste) qui estime que les différences entre les femmes et les hommes sont des constructions sociales et non des différences de nature (cf. l’essentialisme). Nous reconnaissons donc la séparation entre sexe biologique (femelle/mâle/intersexe) et genre (femme/homme/trans/…) en tant que deux entités totalement distinctes.

Au-delà du patriarcat, nous reconnaissons l’existence de plusieurs systèmes de domination au sein de la société (le racisme, les LGBTQIA+phobies, le validisme, l’âgisme, le classisme, etc.) qui maintiennent et reproduisent l’oppression des minorités, parfois victimes d’inégalités dites intersectionnelles (par exemple, une femme noire lesbienne vivra des discriminations spécifiques en raison à la fois de son genre, de sa couleur de peau et de son orientation sexuelle).

Être féministe au sein de Sofélia, c’est, notamment :

  • Reconnaître le patriarcat en tant que système de domination ;
  • Identifier le genre comme étant une construction sociale.

Le progressisme

Notre féminisme peut être qualifié de progressiste puisque celui-ci vise à un changement profond de la société patriarcale et réfute les idées immuables et essentialistes. Cela s’illustre à travers nos missions qui sont de tendre à l’amélioration, et donc à la modification, des lois en matière de droits des femmes et des minorités ainsi qu’à la réduction des inégalités sociales de santé, notamment à travers nos activités de terrain.

Par exemple, le progressisme s’inscrit dans le fait :

  • De revendiquer le développement de moyens de contraception masculins, car, la contraception c’est l’affaire des deux partenaires ;
  • De participer à la manifestation contre l’interdiction de l’avortement aux Etats-Unis (juin 2022) et revendiquer un réel droit des femmes à disposer de leur corps en Belgique (notamment en supprimant les sanctions pénales à l’égard des femmes et des médecins qui ne respecteraient pas les conditions dans lesquelles l’avortement doit se pratiquer qui sont imposées par la loi d’octobre 2018).

L’inclusivité

L’inclusivité vise à créer les conditions collectives (contexte, règles de fonctionnement, conditions d’existence…) au sein de la société permettant à chacun·e de faire valoir sa personnalité, ses talents, ses idées, son énergie pour apporter le meilleur de soi au projet commun. Cela implique de tenir compte de l’ensemble des minorités et de reconnaître chacun·e en tant que citoyen·ne à part entière en mettant en place les dispositions nécessaires pour occuper activement ce statut.

L’inclusivité se manifeste notamment par le fait de :

  • Veiller à inclure l’ensemble des publics dans nos communications (utilisation d’illustrations non stéréotypées, incluant la diversité des profils, etc.) ;
  • Utiliser une écriture et une mise en page inclusive, des illustrations des événements de terrain aux pages de garde des productions.

La laïcité

La laïcité repose sur 4 principes fondamentaux :

  • La séparation du pouvoir religieux et du pouvoir civil : Les religions n’interviennent pas dans la gestion de l’Etat et réciproquement. Ils sont indépendants l’un de l’autre.
  • La neutralité de l’Etat : L’Etat et ses fonctionnaires sont neutres vis-à-vis des religions, des philosophies et des politiques. Aucun·e employé·e de l’Etat ne peut afficher ses convictions personnelles, quelles qu’elles soient.
  • La liberté : La laïcité garantit à chacun·e le droit à la liberté de conviction et de culte. On est libre de croire ou de ne pas croire, de changer de religion, de ne pas en avoir, de l’exprimer chez soi ou dans l’espace public.
  • L’égalité : Tout·e·s les citoyen·ne·s sont égales·aux devant la loi. Discriminer pour des raisons raciales, religieuses, sociales ou sexuelles est prohibé et passible de poursuites judiciaires.

La laïcité doit donc s’envisager comme le fondement d’une société dite démocratique. Elle est applicable et peut être défendue dans tous les cas, qu’une personne ait ou non des convictions religieuses ou philosophiques.

La laïcité au sein de Sofélia et des Centres Soralia se traduit, entre autres, par le fait de :

  • Porter des messages sans dogme religieux ;
  • Accepter toute conviction religieuse au sein de
    nos publics.

Une initiative de Sofélia – La Fédé militante des Centres de Planning familial solidaires.

CONTACT PRESSE : Eloïse MALCOURANT- Chargée de communication et responsable éducation permanente
Tél. 02/515.17.68 – 0472/48.48.60 –
eloise.malcourant@solidaris.be.